Relais étranger

L’économie collaborative vue des Etats-Unis

By 19 février 2018 No Comments
http://wunc.org/post/how-will-north-carolina-tax-and-regulate-airbnb-and-uber

http://wunc.org/post/how-will-north-carolina-tax-and-regulate-airbnb-and-uber

L’économie collaborative est devenue en quelques années un des secteurs « poids lourd » de l’économie. Alors que sa taille avait été estimée à 26 milliards de dollars au niveau mondial en 2013 par le magazine Forbes, elle pourrait atteindre 110 milliards dans les prochaines années. Preuve en est la valorisation de ses entreprises emblématiques, Airbnb, déjà plus élevée que celle de la chaîne d’hôtels Hyatt, et Uber, plus de 3 fois celle d’Avis et 50% de plus que celle de Hertz… Et Forbes toujours estimait en 2013 que les revenus de ceux participant à l’économie collaborative (louant leur appartement ou leur voiture par exemple) avaient atteint 3,5 milliards de dollars.

Le succès rapide de l’économie collaborative s’explique en partie par le fait qu’elle répond à des motivations variées chez ses utilisateurs et participants. Elle apporte des solutions aux dysfonctionnements de certains secteurs et aux frustrations de leurs utilisateurs (par exemple, qui n’a pas souhaité trouver facilement un taxi aux heures de pointe dans une grande ville – ou bien qui ne s’est pas plaint de l’exigüité et du prix élevé des chambres d’hôtels dans les grandes capitales?).

Selon l’universitaire américaine Juliet B. Schor qui a conduit avec son équipe plus de 200 entretiens auprès de participants et utilisateurs de l’économie collaborative, il existe également d’autres motivations. Certaines sont très pratiques telles que la possibilité de gagner un petit revenu supplémentaire et d’acquérir des biens ou services à des prix moindres que dans l’économie traditionnelle. D’autres sont plus personnelles, comme le désir de connexion avec autrui (surtout parmi les 18-34 ans) et les préoccupations environnementales, qui ont trait en général à une meilleure utilisation des ressources. Par exemple, RelayRides propose à la location des voitures déjà en circulation et mises à disposition par leurs propriétaires quand ceux-ci n’en ont pas besoin.

Les obstacles auxquels se heurtent les acteurs de l’économie collaborative aux Etats-Unis sont principalement liés à une pression croissante autour du besoin de législation. Des problèmes de sécurité auxquels des sociétés comme Uber et Arbnb ont été confrontées ont mis en exergue le risque que pourrait causer un vide réglementaire. De plus, comme en Europe, les pressions exercées par l’industrie hôtelière ou les associations de taxis et les inquiétudes des pouvoirs publics, ayant trait par exemple à la possible diminution du stock d’appartements disponibles à la location de longue durée (leurs propriétaires préférant la formule plus lucrative de location courte), ont produit leur effet en plusieurs endroits. A New York par exemple, la location d’appartements pour une courte période est très réglementée, alors que le nouveau gouverneur du Massachusetts a proposé une nouvelle loi qui contraindrait des sociétés comme Uber ou Lyft à enregistrer leurs chauffeurs afin que leur casier judiciaire puisse être vérifié et à les munir d’une assurance individuelle d’un million de dollars.

La coopération avec les pouvoirs publics ainsi que la démonstration des bienfaits économiques et sociaux que peut engendrer l’économie collaborative devraient permettre à ses acteurs de continuer leur croissance, même dans un cadre réglementaire plus contraignant. Ainsi, Uber et Lyft ont tout de suite réagi et soutenu le projet de loi du nouveau gouverneur du Massachusetts. Quant à Airbnb, l’entreprise mesure son impact de manière systématique. Une étude réalisée pour la ville de San Francisco a montré que ses clients dépensent plus de $200 de plus au cours de leur séjour que ceux résidant dans un hôtel et que 14% d’entre eux n’auraient pas visité la ville en l’absence d’une option Airbnb. La même étude précise que 72% des appartements listés sur Airbnb se trouvaient en dehors de la principale zone de concentration des hôtels de la ville.

Philippe Taieb – phitaieb@gmail.com

Social Impact Consulting & Coaching

Boston, Massachussets

Investir&+

Author Investir&+

More posts by Investir&+

Leave a Reply

sept + 20 =