La Banque Interaméricaine de Développement (BID) donne une vision d’ensemble et relève des besoins communs aux différents pays, sur le sujet de la santé.

Dans un article de son blog, les lignes directrices en termes de santé publique sont claires : un bon système de soins primaires, des outils technologiques pour déterminer les priorités dans les besoins et l’amélioration des processus de gestion de la santé.

Les pays de l’Amérique Latine ayant les meilleurs taux d’accès et de qualité de la santé, selon l’Institut pour les Mesures et Évaluations en Santé (IHME, pour ses initiales en Anglais), sont le Chili, l’Uruguay et l’Argentine.

Je vous propose donc d’analyser deux pays : le Chili, qui est le premier pays de l’Amérique Latine et se trouve classé 49 sur 195 et l’Argentine classé 89.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, le Chili figure parmi le top 10 des meilleurs pays pour développer une entreprise sociale. Il y a deux raisons majeures à cela :

  • La première, l’existence de CORFO (“Corporación de Fomento”), agence étatique qui, à travers différents formats, finance l’entrepreneuriat et l’innovation. Son budget annuel est d’environ 1,5 millions d’euros et c’est la plus grande source de financement en capital risque.
  • La deuxième, un écosystème de hubs, incubateurs et accélérateurs qui se spécialisent de plus en plus dans l’entrepreneuriat social.

En ce qui concerne la santé, la forte présence étatique essaie de compenser le caractère majoritairement privé du secteur de la santé de qualité au Chili. En effet, la thématique de la santé reflète un problème majeur au Chili : les inégalités. On observe ainsi une ségrégation géographique avec des services de santé très inégalitaires en termes de qualité des équipements, capacité de prise en charge, qualité des professionnels, etc.  Il existe un système public (FONASA) qui a, par exemple, développé le programme AUGE qui prend en charge les maladies chroniques. Cependant, la qualité de la prise en charge reflète les fortes inégalités sociales du pays.

En septembre 2018, le Ministère de Santé et la CORFO ont signé un accord pour créer le premier accélérateur public de projets technologiques en santé. Cette initiative se revendique en ligne avec une stratégie nationale de développement économique et d’une société “intégrée, inclusive, solidaire et durable”. L’objectif est d’identifier des projets innovants et rapidement scalables nationalement et internationalement qui démocratisent l’accès à la santé et améliorent la qualité de vie de la population.

Fort contraste avec l’Argentine, où la réalité est plus proche de celle de France, avec une bonne prise en charge des consultations et soins médicaux. En revanche, un manque d’éducation sur la santé en général crée des situations complexes qui pourraient être évitées. Une solution partielle a été la création des services de santé de première instance, c’est-à-dire, des petites cliniques avec des médecins généralistes dans les quartiers défavorisés qui travaillent avec les associations de quartier et groupes de voisins pour promouvoir la prévention et un recours plus rapide aux soins.

En parallèle, l’État Argentin a investi dans l’innovation technologique, avec le “Mercado de Innovación Argentina” (MIA). On peut y trouver des initiatives telles que des aliments spécialement conçus pour couvrir les besoins nutritifs des seniors et prévenir les problèmes de santé ; ou encore un service de santé de précision pour la prévention, le diagnostic et traitement de maladies avec un impact social sur la population.

Il existe aussi des concours publics pour startups ou projets. On y retrouve des solutions, pour la plupart digitales, pour une amélioration des process du système de santé, des solutions de sensibilisation et de prévention ou encore de diagnostic précoce.

On remarque que la plupart des initiatives essayant de résoudre des problématiques complexes de santé publique nécessitent une coordination public-privé. Des politiques publiques et notamment des ressources financières publiques doivent se mettre en place pour donner lieu à des initiatives innovantes du secteur privé ayant une envergure suffisante pour pouvoir répondre à ces problématiques.

Le facteur commun entre les situations chilienne et argentine est que la coopération public-privé se révèle clé pour faire face à des enjeux sociaux et trouver des solutions. La flexibilité et l’innovation qui émergent du secteur privé doivent forcément être impulsées et renforcées par l’Etat pour deux raisons. D’une part, l’Etat a tout intérêt à se préoccuper du bien-être et de la santé de sa population. De l’autre, l’amélioration de la gestion de la santé publique  permet des économies pour le budget de l’Etat une fois l’investissement amorti.

Par Antonela Racca, CEO socialxchange – antonelaracca@gmail.com

Sources :
Ministerio de Salud, “Ministerio de Salud y Corfo firman acuerdo que crea la primera aceleradora pública para emprendimientos tecnológicos en salud”. Septembre 2018 
MIA, Mercado de Innovación Argentina ; Servicio de Medicina de precisión, implementado por MIA en abril 2017.
Desafíos públicos, Gobierno Argentino
La Tercera, “Según estudio internacional, calidad y acceso a la salud en Chile ha mejorado en los últimos 25 años”. Mai 2017

Investir&+

Author Investir&+

More posts by Investir&+

Leave a Reply

20 − deux =